l’occultation,

co-élaboration – 2017
Pierre-Alain Huart, écriture
Marjorie Méa, proposition visuelle

La glanerie fait partie intégrante du travail de Marjorie Méa, au dehors sont glanés des matériaux divers qu’elle ramène dans son atelier pour un « plus tard ». En 2016, une voisine lui remet 7 encadrés intitulés « Saint-Tropez, souvenirs 1900 ».

Marjorie Méa mène un travail sur le temps et en juillet 2017 ses recherches la conduisent au constat que ses vrais souvenirs surgissent de l’occultation d’un réel. Par l’occultation, elle a de vrais souvenirs de ses vacances à Saint-Tropez, 1900. En août, elle remet ses souvenirs à Pierre-Alain Huart en lui disant « mes vrais souvenirs s’écrivent ailleurs ».

Le 25 août 2017, Pierre-Alain Huart entreprend la rédaction de mes souvenirs de vacances à Saint-Tropez 1900. Il clôture son propos sur ces mots : « L’absence de souvenirs ne m’a jamais empêché de comprendre profondément un lieu et de le sentir.  L’absence de souvenirs devient alors un espace ouvert, une disponibilité comprenant un choix restreint de possibles à déployer.  Les souvenirs n’accordent que peu de place au réel, c’est comme ça que le visible s’en étire.  Est-elle venue?  Je ne peux le dire.  Peut-être m’apercevant s’est-elle contentée de m’observer à la dérobée. »