La relation au paysage fonde mon travail – dans la nature, je glane  : des motifs, des sensations sonores, des couleurs, des odeurs, des gestes et des propositions de réponses à mes questionnements. Dans ce processus de cheminement, le temps et les espaces du temps se dotent d’une dimension basculée.

actu

– et puis,

Le réel est aussi parfois un quelque chose de très petit, un « – et puis, » de la plus haute insignifiante. Il s’agit d’une collecte de minuscules sensations, que l’on archive dans un quelque part trop brouillon pour leur petitesse et qui ressurgit plus tard sans pouvoir être reconnu.

contact

 

 

[contact-form-7 id= »84″ title= »Formulaire de contact »]